Rentrée scolaire : le casse-tête des parents

Ah !  Le casse-tête de la rentrée scolaire et son lot d’appréhensions côté parents !!! Quand les enfants sont plus jeunes, le matin rime souvent avec mauvaise humeur. Entre ceux qui se battent pour le petit déjeuner et l’envie folle de regarder les dessins avant d’aller à l’école. Celui qui traine la patte et qui fait prendre du retard à tout le monde ou encore celui qui pleurniche pour un rien. On a vite fait de perdre son calme quand la coopération n’est pas au rendez-vous.

Quand ils sont plus âgés, la crainte prend un autre sens. Entre adolescents ça se chamaillent, l’objectif est de ne surtout pas louper l’heure pour prendre le bus. A quelle heure terminent-ils, que font-ils à la sortie de l’école, qu’advient-il des devoirs et de la manière dont ils passent leurs temps libre. Autant dire que c’est une série d’interrogations qui surplombent nos pensées.

L’inquiétude pour nos enfants grandit en même temps qu’ils grandissent

Pour faire de l’année scolaire et de la vie de tous les jours un fleuve plus tranquille, il est préférable de décider, de poser des limites et des lignes directrices bien à l’avance. En discuter avec ses enfants par temps de calme, d’où l’intérêt de choir le moment le plus opportun. C’est à dire quand les esprits sont lucides pour mieux en parler.

Tout simplement, parce que discuter avec ses enfants, les impliquer dans tout ce qui touche à la vie de la famille, c’est augmenter les chances qu’ils adhèrent au processus familial et à son suivi.

  L’autre élément essentiel est de ne pas attendre bien évidement qu’il ne soit trop tard, rester vigilant toujours avec bienveillance. Si besoin avertir que la zone rouge et imminente. Informer son enfant verbalement. Ou faire un signe non verbal, comme pour indiquer que l’accord fixé n’est pas respecté ou que le temps impartie pour une chose est arrive à son terme. Pointer sa montre du doigt comme pour faire comprendre la chose.

Question / Réponse

Tu te demandes peut-être comment faire si mon enfant teste la limite et ne coopère pas ?

Voici la règle :

– toujours faire preuve d’empathie

– reformuler la limite

– offrir éventuellement un choix

Les coups de pouce pendant l’école :

Mon enfant joue toujours avec son jouet favori et l’heure du couché est proche

Empathie : Olala, comme tu t’amuses bien avec ta poupée, tu prends bien soin d’elle dis donc !

Limite : Par contre, tu sais, il est 20h30 et c’est l’heure d’aller se coucher.

Choix : Tu préfères prendre ta poupée avec toi ou bien la faire dormir dans son berceau ?

Mon enfant ou mon adolescent a accepté de commencer ses devoirs après 30 minutes de pause, mais il n’en est rien

Empathie : Wow, je vois que tu as fait le plein d’énergie avec ton goûter ! Il serait bon de s’arrêter là !

Limite : Parce que ta pause de 30 minutes est terminée, donc tu sais ce qu’il te reste à faire…

Choix : Tu veux prendre avec toi une tasse de thé ou bien ça ira ?

On arrive toujours par trouver un compromis et plus encore durant l’année scolaire. Et pour que le retour à l’école ne soit plus un casse-tête, ces exemples présentent l’un des nombreux outils que tu peux apprendre et mettre en pratique sur la parentalité à l’école.

N’oublies pas de t’inscrire à la Newsletter !

Recevoir la Newsletter, 

c’est aller plus loin dans cette parentalité bienveillante et naturelle !

Recevez des conseils PRATIQUES et SUPER AIDANTS
Pour éduquer SANS CULPABILISER !
et je reçois mes cadeaux de bienvenue 🙂

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*