Parentalité toxique : 5 phrases à éviter

Parent toxique : changez !

Vous avez surement déjà entendu parler de « parents toxiques ».  Il s’agit de parents qui laissent peu de marge de manœuvre à leur enfant, ils sont sous leur emprise. A la fois dans le contrôle et intrusifs, ils finissent par « étouffer » leurs enfants qui peuvent développer une forme de rejet à l’égard de ce parent. Pour mieux vous situer  et mieux vous améliorer par rapport à cette notion de parentalité toxique : 5 phrases à éviter.

Les nouveaux parents s’interrogent plus ou moins sur la meilleure façon d’interagir avec leurs enfants. En dehors des premiers soins, c’est se demander comment les nourrir physiquement, mentalement et émotionnellement ? Dans un tel brouillard, le réflexe consiste à se rabattre sur les pratiques des générations d’avant. Ce qui revient à reproduire le même schéma pour le meilleur ou pour le pire😮 .

Le parent est une figure qui mérite le respect en islam sans parler de la récompense qui lui est destiné en raison de la grande responsabilité qui est la sienne. Ceci n’est possible que si la relation parent/enfant repose sur une communication positive et bienveillante. À l’inverse déchaîner ses frustrations et sa colère sur ses enfants de manière malsaine et donc toxique nous éloignera du succès garantie sur terre et dans l’au-delà.

« T’es pas un bébé pour avoir peur ! »

Pourquoi en rajouter si on sait déjà que son enfant redoute ou bien a peur de quelque chose. Parler ainsi peut les amener à rejeter leur instinct. Ce qui n’est pas une bonne fin en soi. La peur n’est pas toujours mauvaise et n’est pas une chose dont on doit avoir honte. Au contraire, elle nous rend prudent et réfléchi. Mon rôle de parent est de découvrir pourquoi mon enfant est craintif. Afin de pouvoir l’aider à affronter ses peurs. Quand la raison est établie, la deuxième étape consiste à faire comprendre à son enfant que la vraie bravoure consiste à aller de l’avant pour affronter ses peurs même s’il est terrifié.

« Ça sert à rien ce que tu fais ! »

Ne brisons pas l’élan qu’ont nos enfants quand ils entreprennent une chose. Dire à un enfant « Ce que tu fais ne suffit pas ! » ou bien « Ce que tu fais ne sert à rien ! » c’est considérer qu’il est inutile. Ce qui est très réducteur et décourageant.

Si mon enfant n’est pas assez préparer dans certaines situations, la logique voudrait que nous remédions à cela en lui apportant quoi faire ou en lui apportant notre aide. Autre chose importante, il est essentiel de dissocier son enfant de son comportement. Au risque de lui coller une « étiquette » qui restera gravée dans son état d’esprit contre laquelle il aura des difficultés pour la supprimer. Or on sait maintenant que l’état d’esprit (l’attitude) influence la vie des gens vers le haut comme vers le bas.

« Tu me déçois ! »

N’est-ce pas par le biais de nos cinq prières quotidiennes que nous demandons à Dieu de nous guider sur le bon chemin ? Et bien, il en va de même dans notre cheminement parental. Notre travail est de guider nos enfants sur  le bon chemin à chaque fois qu’ils font des erreurs. Il s’agit là d’opportunités d’apprentissage.

Si mon enfant se trompe et qu’il est mal à l’aise mais qu’en plus de cela je lui rajoute « tu me déçois ! »….C’est bof, bof🤔 . Cette parole blessante peut nuire gravement à son estime de soi. D’où l’intérêt une fois de plus de viser l’erreur et non l’enfant dans sa personne : « Est-ce que tu penses que fouiller dans le sac de quelqu’un est une bonne chose ? ».

« Arrête de crier maintenant ! »

Que gagne-t-on à s’emporter sur un enfant qui est submergé par ses émotions et qui est incapable d’agir, de réagir et de raisonner avec logique. Dire à un enfant « Arrête de crier ! » ne sert donc à rien. Parce qu’à ce moment précis, l’enfant n’écoute pas. Ce que nous autres parents avons du mal à accepter, c’est que nos enfants ont eux aussi le droit d’exprimer ce qu’ils ressentent. Tout comme ils ont besoin de se sentir en sécurité ou réconfortés lorsqu’ils se sentent tristes ou frustrés voir même en colère. N’attendez pas, apprenez progressivement à mettre à l’aise votre enfant afin qu’il puisse vous exprimer facilement leurs sentiments.

« Tu n’es pas capable ! » « T’es bête ou quoi »

Porter un jugement aussi large et dur sur son enfant est certainement la pire chose qu’on puisse lui dire. Être traité d’incapable et finir par donner raison à son parent affectera à coup sur la vie de cet enfant à mesure qu’il grandit. Ce jugement de valeur conduira l’enfant soit à défier son parent pour lui prouver qu’il se trompe complètement. Soit il estimera que tout effort est peine perdu et finira par se décourager totalement. Dans l’un ou l’autre des cas il cherchera l’approbation de son parent, voir même celle des autres.

Alors, plutôt que de devoir supporter le fardeau du mal-être de son enfant, la solution est simple. Elle consiste à croire en eux et à le leur démontrer. Aidons nos enfants à trouver et à exploiter leurs propres qualités qui contribueront à rendre le monde meilleur.

Ces 5 phrases sont un échantillon de l’étendu des paroles qu’on peut dire et marteler à un enfant. Elles ont pour but de nous alerter sur notre style de fonctionnement. Personne n’est parfait, mais mettre le doigt sur ce que l’on a tendance à dire et à faire, réveillera à coup sûr nos consciences avisées et bienveillantes. Nous le savons tous, aucun parent ne prononce des paroles dans le but de nuire réellement à son enfant. Elles sont parfois le résultat de trop de spontanéité mêlé à de la frustration….Mais entre nous n’est-il pas temps de corriger ce franc parlé et ce manque de tact  😅?

Recevez des conseils PRATIQUES et SUPER AIDANTS
Pour éduquer SANS CULPABILISER !
et je reçois mes cadeaux de bienvenue 🙂

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*