Le rêve d’un retour en arrière pour une famille unie ?

Avec le confinement, c’est une avalanche d’interrogations et de remises en question qui nous envahie. Pour beaucoup, c’est tout un mode de vie qui est mis à mal. Mais cela ne réveille-t-il le rêve d’un retour en arrière pour une famille unie ?

En lisant l’actualité, j’apprends à ma grande surprise que ce sont plus de 150 000 personnes qui se sont portées volontaires pour aider les agriculteurs de notre pays. Parmi ces personnes, on retrouve toutes les catégories socioprofessionnelles. Certains voient dans cet appel à l’aide, une future reconversion loin des brouhahas de la vie en ville. L’envie d’un retour aux terres qui semble sortir de l’ombre.

 

Le confinement est arrivé sans prévenir

A cause d’un virus invisible, on est forcé de redéfinir nos priorités. Pour faire simple : tout ce qui a été jugé non indispensable a été stoppé. Il ne nous reste plus qu’à subvenir à nos besoins primaires : manger, boire, préserver sa santé et celle de sa famille.

Ce dont on peut se réjouir et Hamdoulilah, c’est que notre religion propose un modèle de vie sain et simple, débarrassé de ce qui ne sert à rien. Et bien que le confinement soit arrivé sans prévenir, il n’est finalement pas un fardeau en soi.

Il faut savoir prendre les choses avec philosophie et s’en remettre à son destin et donc à son Créateur. Même si le confinement se prolonge, la difficulté ne peut être éternelle. Pour mieux la supporter, il faut faire preuve de patience. Patience avec son conjoint, ce qui peut signifier beaucoup pour certains. Patience avec ses enfants, malgré leur manque de maturité et leur plein d’énergie. Il est désolant de lire dans la presse la recrudescence des violences aux seins des couples et aux seins de familles (augmentation de 30%). La cellule familiale à connu des mutations, elle n’est plus sous sa forme originelle. Éclatée, divisée, partagée, à chacun son emploi du temps, à chacun son rythme, à chacun ses loisirs, à chacun ses priorités, etc. Forcé de constater que dans certains foyers, la famille est trop rarement au complet. Ce qui n’arrange pas les choses en période de confinement. Pas étonnant que des disputes, des conflits et des violences éclates en cette période. Le manque de communication, le manque de concertation, la dégradation des relations  nourrissent les tensions avec le confinement.

Mais est-ce vraiment cela la famille ? Cette  nouvelle forme de famille que la société de consommation, individualiste et égoïste à crée.

Le rêve d’un retour en arrière pour une famille unie ?

Je suis de celles et ceux qui aimerait que la famille reprenne tout ses droits. Une famille soudée, qui ne fait pas passer les intérêts des copinages et des sorties avant ceux des membres qui la composent. On voit trop de parent qui néglige leurs enfants sous prétexte qu’ils veulent continuer à jouir de leur liberté en tant qu’individu. Certes il ne faut pas se négliger soi-même, ni s’effacer. Mais le choix d’avoir des enfants incombe d’honorer la responsabilité qui lui revient. Pas étonnant qu’une grande majorité d’enfants ne jure que par leurs paires. Les amis(es), les copains, copines, deviennent pour certains(es) la figure de référence, qu’importe que les parents soient loin derrières.

De nos jours, le rôle des membres de la famille a connu des mutations. Le respect est fragile, la communication est brisée par le trop d’oppositions et le manque de concertation. La famille ressemble à un lieu de dépôt où chacun peut manger, boire, avoir ses effets personnel et dormir. Parfois, un lieu dépourvue de sens réel, puisque le ciment qui unie la famille est absent. Ce lien qui donne tout sa dimension a la famille, qui la rend forte et qui l’uni face à la joie comme à la difficulté.

En France, l’esprit de famille s’est essoufflé. Espérons qu’avec le confinement, les valeurs d’unité, d’amour, de fraternité, de partage et d’entraide reprennent tous leurs droits, où chacun reprend sa place. Par conséquent, les parents ont des devoirs et des obligations qu’ils doivent accomplir avec respect et concertation vis-à-vis de leurs enfants. À l’inverse, les enfants doivent contribuer et participer à la vie de la famille avec respect.      

 

La demande de ma fille en cours d’expérimentation

 

L’avantage avec le confinement, c’est que j’ai la possibilité d’étudier la proposition de ma fille ainée de faire l’école à la maison. Entre nous la première semaine de confinement, ne m’a pas motivé à franchir le pas. Tout ce manque d’organisation, le bruit des enfants à longueur de journée, des jouets qui longent le sol, le manque de temps pour moi, la gestion de la continuité pédagogique transmise par l’école. Sans parler des tâches ménagères, la préparation des repas, le respect des horaires, l’heure du couché. Le confinement est arrivé à l’improviste ! Mais il nous apprend beaucoup sur nous. Sur notre capacité à changer notre mode de fonctionnement, fait de pleins d’automatismes et  d’habitudes.

L’être humain aime se sentir en sécurité et redoute toute forme de menace. Pas étonnant que lorsque l’on sort de notre zone de confort, nous soyons perdus ! Pourtant, n’est-ce pas le quotidien de beaucoup de personnes dans le monde à souffrir de l’insécurité, de la guerre,  de la faim, d’eau potable ? Des populations en proie à toutes formes de maladies et au manque de soin ?

Cette première semaine très désordonnée et fatigante, ressemblait à des vacances, sans pour autant en être. Et comme la patience a des limites, avec l’accord de tous, la mise en place de règles étaient juste nécessaires. Pour preuve, les jours d’après furent beaucoup mieux. C’est ce que l’on peut appeler sortir de sa « zone de confort ». Affronté une situation inédite tout en sachant trouver une solution adaptée au rythme de chacun.

Finalement, l’école à la maison n’est pas si compliqué que ça, à condition d’avoir un emploi du temps au top !

Placer la concertation au cœur de la famille pour mieux avancer

Effectivement, pour mieux faire, il est indispensable de poser des limites en famille. En religion, on appelle ça « Ach-choûra ». En discipline positive on appelle ça « le Temps d’Échange en Famille ». Alors si ce n’est pas déjà fait et si vous avez l’impression que vous ne maîtrisez rien. Vous aussi, réunissez « d’urgence » tous les membres de la famille pour faire un état de la situation, afin de discuter ensemble des futures solutions à mettre en place.

Dieu dit « […] qui répondent à l’appel de leur Seigneur, accomplissent la prière, se consultent entre eux à propos de leurs affaires, dépensent de ce que Nous leur attribuons […] » (Coran 42:38).

Selon les experts, ces termes signifient : ne pas décider seul d’une affaire. Il convient de se concerter ensemble sur une affaire qui concerne un groupe entier. La famille dans notre cas.

Se réunir pour discuter de ce qui ne va pas, tout comme pour discuter de ce qui va est une qualité à transmettre à son enfant. Se montrer « diplomate » n’est pas donné à tout le monde, même en tant qu’adulte. Toutefois cette qualité s’acquière avec le temps, l’apprentissage et dès le plus jeune âge. Donnez cette habitude à vos enfants, pour qu’ils sachent traiter leurs difficultés du mieux qu’il soit. Ainsi, une fois adulte, ils sauront reproduire cette compétences de vie pour débloquer un tas de situations, résoudre des conflits, trouver des accords, des solutions et des issues favorables à chaque problème.

Finalement avec le confinement, on se rend compte que la famille et le lien qui uni tout ses membres est ce qu’il y a de plus important. En tout point, se protéger et protéger ceux que l’on aime est une priorité qui donne plus de sens à notre présence sur terre. Je vous invite donc à faire un retour en arrière sur les valeurs fortes qui caractérisent l’identité de la famille.

Et comme demain se construit aujourd’hui. Tirons des leçons positives avec le confinement et mettons les vraies priorités en têtes des actions  à réaliser et à entretenir dans l’avenir.

N’oubliez pas de vous inscrire à la Newsletter pour vous tenir informé des nouveaux articles !

Recevez des conseils PRATIQUES et SUPER AIDANTS
Pour éduquer SANS CULPABILISER !
et je reçois mes cadeaux de bienvenue 🙂

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*