La nourriture : une obsession !

S’il y a bien un phénomène surprenant et généralisé durant le confinement, c’est cet intérêt pour la nourriture. Habituellement, c’est un poste important dans le budget de la famille, mais ce besoin primaire mêlé à de l’incertitude, nous poussent à vouloir acheter plus et à manger d’avantage. En effet, on dirait que la nourriture est devenue une obsession. Mais mangeons-nous plus qu’avant ? Comment se gérer les repas ? Comment entretenir sa santé et celles de ses enfants avec des journées entières à la maison ?

Le budget nourriture

Sans ambiguïté, le prix à payer à la caisse est beaucoup plus important en ces jours de confinement qu’en temps normal. L’effet psychologique qu’a le coronavirus et le confinement sur notre façon à réagir et à agir est déroutant. Si je prends notre cas, plusieurs facteurs expliquent le prix fort à payer en caisse :

  • La crainte d’une pénurie alimentaire au niveau national et local, qui agit comme levier et qui nous pousse à acheter en plus grosses quantités…Mea-culpa !! On ne sait jamais…lol. Je me dis qu’au pire, certains produits ont des dates de péremption assez éloignées. Ils seront toujours consommables par temps de déconfinement.
  • L’obligation de se réorienter vers d’autres produits similaires ou de substitutions plus chères, quand certains rayons sont vides
  • La vigilance sur le prix des produits est plus faible dans ce contexte de crise.
  • Une hausse du prix des produits chez certaines enseignes. Volontaire ou non, c’est une réalité.

Surveiller les comportements à risques avec la nourriture

Cela relève de la nature de chacun. En cas de menace, l’individu réagit différemment. Il y a ceux qui se noient dans leur désespoir. D’autres s’énervent à tout bout de champs. Certains voient leur consommation de café augmenter. Les fumeurs défoulent leur anxiété en enchainant les cigarettes. Pire destin, que celles et ceux qui se détruisent et trouvent refuge dans l’alcool. Au milieu de ces cas, il y a ces personnes qui voient leur appétit diminuer, je pense faire partie de ceux là. A contrario, il y en peut-être autour de vous, celles qui se consolent avec la nourriture. Ma mère entre dans cette catégorie. En effet, si les grignotages donnent un réconfort instantané à beaucoup de personnes, il n’empêche, qu’ils représentent une part importante dans le budget des courses.

Les raisons qui poussent à toujours manger

Le fait est que beaucoup de ces personnes  citées en dernière catégorie, ne trouve pas satisfaction ailleurs. Le manque de centres d’intérêts les contraint à n’avoir que la nourriture comme défouloir.

L’impression de manquer de liberté, la solitude, le sentiment de vide, ne pas savoir quoi faire de ses journées durant le confinement peuvent agir comme stimulants chez les personnes présentant des troubles alimentaires comme la boulimie ou encore l’anorexie. Des comportements à surveiller au fur et mesure que vos enfants prendrons de l’âge.

Il est tout aussi important d’enseigner à vos enfants le rapport qu’il doit entretenir avec la nourriture : modérée et saine. En plus de la nourriture nos enfants ont besoin qu’on les nourrice d’autres choses.

Les grignotages : un cercle vicieux

Effectivement, s’accorder quelques petits extras n’a jamais fait de mal à personne. Plus ils sont rares et plus on les apprécie. Cependant, je vois 3 effets pervers et néfastes dans le grignotage :

  • Devenir dépendant de la nourriture, voir même de la « mal bouffe », trop sucrée, trop salé et trop grasse
  • Faire un « trou dans son porte monnaie ». Devoir remplir son placard de produits à grignoter coûte cher. En résumer : on achète de quoi nous pourrir la santé ! Ce n’est pas très logique, n’est ce pas ? Pourtant c’est bel et bien cela !! J’entends souvent que manger équilibré coûte cher, mais mangé de la « mal bouffe » coûte, aussi, très chère !
  • Nuire à sa santé: Je ne veux pas jouer la « détective » mais si on regarde de plus prés, manger des « bricoles » ne permet pas d’être totalement rassasié. Conséquence, on a faim plus vite et ça n’en fini pas.

Notons au passage qu’il s’agit de produits transformés, qui on perdu leurs vraies qualités nutritionnelles. Donc aucun bénéfice pour notre santé. C’est même le contraire ! Au fil des années, le trop plein de sucre, de sel et de gras stocké marque l’apparition de diverses maladies. Alors, OUI, pas de doute, mangé mal affaiblie notre métabolisme et donc notre santé.

Par ailleurs, les professionnels de la santé sont unanimes, des aliments trop riches sont désastreux pour la santé. Mais bien avant la médecine moderne, ce fut une préoccupation de notre Prophète (PBSL) que d’entretenir sa santé à travers une bonne alimentation et la pratique d’un sport. A tel point qu’il nous a recommandé de faire pratiquer un sport à nos enfants :

« Apprenez à vos enfants la natation, le tir et l’équitation »

« J’ai les même à la maison »

Pour avoir pris la température chez les membres de ma famille, il y a ce point sur lequel on s’accorde tous. Le confinement réveille notre appétit ! Alors qu’habituellement nous sommes absorbés par notre travail, nos activités quotidiennes, l’école, nos loisirs, nos sorties. Le confinement libère du temps, voir même trop de temps, à ne plus savoir quoi faire. En partie, la nourriture s’invite comme le nouveau passe temps, le sujet qui anime les discussions et qui tue le temps.

Manger équilibré à des heures déterminées

Une alimentation équilibrée se compose d’aliments variés riches en nutriments. Et vivre dans l’islam, ce n’est pas seulement penser à l’au-delà. Mais aussi avoir une vie heureuse et saine à travers une alimentation mesurée.

Aussi, pour éviter de tomber dans les désordres alimentaires, il est plus qu’indispensable de manger bien  et à des heures fixes. Votre avis compte et je vous invite d’ailleurs à partager vos habitudes ! À la maison, nos journées comptent 3 repas principalement.

Avant d’aller plus loin, voici ce qu’a déclaré le Prophète (PBSL) à propos des excès et du gaspillage de nourriture :

« Aucun être humain n’a jamais rempli un récipient pire que son propre estomac. Le fils d’Adam n’a besoin que de quelques morceaux de nourriture pour maintenir ses forces, ce faisant, il doit considérer qu’un tiers de son estomac est destiné à la nourriture, un tiers à la boisson et un tiers à la respiration. » (Rapporté par Ibn Maja)

Le petit-déjeuner

Repas tout aussi important dans la journée, mais qui dépend aussi de l’heure à laquelle vous vous réveillez. Nous sommes des lèves tôt en règle générale, entre 8h et 8h30. Donc il est préférable que le petit-déjeuner soit complet. Sur la table, au choix : pain, biscottes ou céréales. Accompagnement : thé ou lait. La touche traditionnelle : tremper des petits morceaux de pain dans un  mélange d’huile d’olive (ou huile d’argan) avec du miel. Avec ce genre de petit-déjeuner, vos enfants et vous tiendrez jusqu’au midi sans aucun problème.

Le déjeuner

Vous comme moi avec notre stock de provisions, il est possible de cuisiner de vrais repas, à la fois sain et capable de nous suffire jusqu’au soir. Pour ma part j’essaye de varier les plats et surtout faire plaisir à tout le monde. Finalement mes habitudes ne changent pas vraiment, hamdoulilah, sauf pour le soir. Le repas du midi est le plus important selon moi, parce qu’il permet d’équilibrer les besoins de la journée. Mais surtout parce que l’après-midi est toujours plus longue que la matinée. Le besoin de satiété doit être encore plus comblé.

Suggestions, pour répondre aux appétits dévorants, au menu : lasagne comme pour ce midi (mes enfants adorent ça !! Miam !) – Pâtes accompagnées d’une sauce champignon, épinard, thon, crème fraiche (pour changer de la sauce bolognaise) – Pilons grillés, petits légumes accompagnés de riz ou de blé – Pot-au-feu, tajine pour les plus traditionnels – Couscous, l’incontournable spécialité de mes ancêtres – Pizza – – Sandwichs américains ou kebabs maison – Gratin de légumes – Spaghettis  – Quiches – Poissons – etc. Et un dessert pour clôturer le repas. J’attends vos suggestions !!!

N’oubliez pas : « BUVEZ …de l’eau, du lait !!! »

Le goûter

Facultatif, vous pouvez toujours prendre une petite collation avec vos enfants. En principe si le plat du midi était convenable, un petit en-cas suffit (un yaourt, 2-3 biscuits, un lait au chocolat, un fruit frais ou fruits secs, etc.). Par exemple, avec nos lasagnes du midi, mes enfants ont pris 3 biscuits pour le goûter. Néanmoins si au déjeuner, l’appétit n’était pas au rendez-vous, comme nous, vous pouvez toujours préparer un gâteau ou des crêpes pour combler la faim qui s’installe.

Le Diner

Nécessaire pour passer une nuit paisible, il est recommandé par les nutritionnistes que celui-ci soit léger. Ca tombe bien, nous avons pris un bon petit-déjeuner, un déjeuner complet, un goûter pour les plus gourmands et enfin notre diner. Entre nous, le confinement à régler ma fameuse question du « qu’est ce qu’on va bien manger ce soir ??? ». Tout le monde dans la maison a été prévenu que le confinement réduirait le menu du soir. Précaution oblige ! Si par chance, nous avons des restes du midi, ils participent au repas du soir. Dans le cas contraire, c’est soupe pour tout le monde, qu’on peut décliner au fil des jours :

  • si vous manquez de temps, la soupe d’orge est parfaire pour vous. Très nutritive et très saine, elle me vient de ma mère, qui elle-même la reçu de ma grand-mère (paix à son âme). De l’eau, des graines d’orges, des épices et de l’huile d’olive suffisent.
  • Aux légumes : un grand classique, les variétés sont aussi multiples qu’il existe de légumes.
  • La harira : composée de vermicelles, blé, lentilles, pois chiche, farine. La traditionnelle marocaine.
  • La chorba: cousine algérienne de la harira, seule différence, elle présente un aspect plus liquide.
  • La lentille corail : soupe traditionnelle turque, l’ingrédient principale est la lentille corail décortique à qui on ajoute, une pomme de terre, de la menthe séchée en poudre, des épices. J’ai découvert ce mets chez ma mère à son retour d’un voyage en Turquie. Velouté et onctueuse, une recette à découvrir et à déguster.

Enfin et pour accompagner nos soupes, un morceau de fromage, quelques dattes et voila le tour est joué.

De plus, pour les grandes faims : sandwichs légers – quiches végétariennes – pâtes accompagnées  d’une noix de beurre, sauce tomate, simpliste mais les enfants adorent – poissons panés et purée – salade crudités – salades de riz – omelette au fromage – salade de légumes cuits vapeur ou quelques minutes à l’eau bouillante pour leur garder tout leur croquant – etc.

N’oubliez pas : « BUVEZ …de l’eau, du lait !!! »

Mot de la fin

Vous l’avez compris, le plus important est de manger moins souvent, mais de BIEN mangé à chaque prise !  Entretenir un bon équilibre alimentaire est plus qu’indispensable par temps de confinement pour se maintenir en forme.

Aussi, pour que la nourriture ne soit plus une obsession, souvenez-vous de ce verset, qui résume bien la chose :

« Mangez et buvez mais évitez les excès » (Coran V20:S81)

Enfin, pour clôturer cet article, penser à faire quelques exercices physiques pour activer votre métabolisme et ainsi éviter la prise de poids pour vos enfants comme pour vous. Vous trouverez dans le précédent article « Comment occuper ses enfants en appartement ? » des réponses à vos interrogations !

Cet article vous a plu, restez informé en vous inscrivant à la Newsletter !

Recevez des conseils PRATIQUES et SUPER AIDANTS
Pour éduquer SANS CULPABILISER !
et je reçois mes cadeaux de bienvenue 🙂

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*