« Il se fait toujours influencer par les autres »

Aider ses enfants à ne pas se faire mal influencer
L'influence des paires...

Nos enfants, on aimerait tant qu’ils soient uniques et qu’ils aient confiance en eux. Mais trop souvent les camarades, les copains-copines influencent leur façon d’être et leur manière d’agir. Ils se retrouvent parfois à relever des défis stupides pour épater celles et ceux qu’ils « admirent » le plus et/ou pour être reconnu et faire partie d’un « clan ».

Quand les faits (« bêtises » commises) vous parviennent par de biais de votre enfant ou en tant que spectateurs de la scène, tâchez de canaliser votre colère pour conserver votre capacité à raisonner.

Solution 1 : Apprécier la franchise et réparer l’erreur

Si votre enfant vient vous voir pour vous avouer une erreur, accueillez ses paroles avec une écoute respectueuse et félicitez-le avant tout pour son honnêteté :

« Je suis content(e) que tu sois venu me voir pour m’en parler. »

« Malgré que tu te sois influencé par …j’apprécie tu me dises tout ce qui c’est passé. »

En se faisant mal influencer, votre enfant adoptera un mauvais comportement au point de pouvoir faire mal à quelqu’un, casser ou dégrader des choses. Quand tel est le cas, une réparation est nécessaire. Aidez votre enfant en fonction de la situation vécue :

« Avec (untel enfant) vous vous êtes autorisés à jouer avec un jouet qui n’est pas à vous, il est temps de la remettre à sa place »

« Je comprends que tu regrettes d’avoir craché sur des choses incité par (untel). Pour réparer ton erreur je t’encourage à essuyer toutes les choses sur lesquelles tu as craché et à présenté tes excuses aux enfants (concernés) s’ils sont présents. Aide-toi de ce paquet de mouchoirs. »

« J’ai bien vu tout à l’heure qu’avec (untel) vous vous êtes amusée à déchirer le dessin de ta sœur. Crois-tu qu’elle sera contente de voie ça ? Je te conseille d’aller te faire pardonner pour qu’elle soit moins triste. »

Solution 2 : Allez en profondeur…

L’apprentissage suit les étapes de développement de l’enfant. Il ne s’acquière qu’à travers les expériences et les erreurs que l’enfant vit. Au-delà d’accueillir l’erreur comme une opportunité d’apprentissage et au-delà de sa réparation, il convient de discuter en profondeur avec votre enfant pour qu’il réalise qu’il est acteur et responsables de ses actes malgré l’influence de camarades. Posez-lui des questions pour aiguiser son esprit d’analyse et son sens critique :

« Si je te demande de monter en haut d’une montagne et de sauter en mer, est-ce que tu serait d’accord ? »

 « Est-ce que tu aimerais qu’on te déchire ton joli dessin ? »

« Si je te demande d’aller mettre su sable sur la tête de la voisine, est-ce que tu trouverais ça rigolo ? »

« Est-ce que tu aimerais qu’on te prenne ton camion de pompier sans te demander l’autorisation ? »

Faites prendre conscience à votre enfant que les vrais camarades ne sont pas ceux qui nous livrent des défis fâcheux et nous mettent dans des situations désagréables.

 

….tâchez de mieux comprendre

Tout acte est motivé par une intention de reconnaissance. Si votre enfant se laisse facilement influencé, demandez vous pourquoi. Tentez de rentrer dans le monde de votre enfant pour voir s’il n’a pas une faible estime de lui-même et/ou un manque de confiance en lui.

« Qu’est ce qui t’as pris de te comporter comme ça ? »

« Est-ce qu’il ya quelque chose qui te dérange ? »

« Crois-tu que (untel) est mieux que toi pour l’avoir écouté et suivi dans  ce qu’il faisait ? »

« Est-ce que tu trouve ta place à l’école ? »

« Est-ce que tu trouve que tes copines/copains t’aiment bien ? »

« A quoi joues-tu avec tes camarades dans la cour ? »

« Avec tes copines/copains, est-ce que tu participes dans le choix des jeux ? Qui c’est qui décide le plus ? »

« C’est quoi ton jeu préféré ? »

« Penses-tu que les autres enfants réussissent à faire des choses mieux que toi ? »

« Est-ce que tu t’aimes bien comme tu es ? »

« Si tu pouvais changer quelque chose en toi, ce serait quoi ? »

Etc.

Solution 3 : donnez davantage de votre temps

Vous connaissez votre enfant mieux que personne. Réagissait si vous jugez qu’il n’agit jamais selon sa pleine conscience en présence d’autres enfants et qu’il a tendance à suivre les directives de ses camarades.

C’est simple tout individu a à la fois besoin de reconnaissance de se sentir appartenir et important aux yeux des autres. Pour renforcer son estime de soi et sa confiance en lui, chaque jour consacrez du temps à votre enfant. Un temps spécial, entre 10 et 15 minutes, rien que pour vous et lui. L’occasion lui sera donnée pour choisir l’activité de son choix. Votre écoute, votre amour et votre attention exclusive lui permettront de se sentir unique et confiant.

Profitez de se temps pour lui faire remarquer ses qualités (et non ses défauts) et ses capacités à réaliser des choses positives. Il a besoin de ces encouragements pour gagner en estime de soi et ne plus être uniquement à la cherche de la reconnaissance de ses paires. L’autre étape consisterait à aider votre enfant à choisir les meilleurs amis.

J’espère que cet article vous sera utile !

N’oubliez pas de vous inscrire à la Newsletter pour obtenir d’autres conseils aidants !

Recevez des conseils PRATIQUES et SUPER AIDANTS
Pour éduquer SANS CULPABILISER !
et je reçois mes cadeaux de bienvenue 🙂

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*