Fête des Mères : faut-il stopper les cadeaux à l’école ?

Fête des mères

Je n’ai pas pour habitude de pousser des cris de gueule, mais chaque année j’en pense pas moins. Alors cette fois-ci j’ai décidé de dire clairement que cette fête des mères à l’école m’indigne et que clairement, elle ne trouve pas sa place à l’école ! Il s’agit là d’une affaire personnelle, qui relève du domaine privé. Car, oui, nos enfants ont aussi leur vie privée, que l’on se doit de respecter et préserver. Qu’en pensez vous : la fête des Mères : faut-il stopper les cadeaux à l’école ?

Fête des mères : mon coup de gueule

Ce sujet revient nous effleurer l’esprit quand on commence à nous vendre des produits en tout genre pour les mamans. Mais vous êtes vous déjà demandé une fois comment se passe la fête des mères ou même celle des pères pour des enfants qui ont perdu un parent ou même les deux ? Quelle tristesse doivent-ils ressentir et supporter au moment de fabriquer des cadeaux à l’école ?

Et bien moi, ça m’attriste et ça me peine ! Rien que de penser à toutes ces émotions ingérables que peut ressentir un enfant en manque d’un parent, on devrait arrêter ça !

L’histoire de la fête des mères en quelques dates

Zoom sur la naissance de la fête des mères avec le Dimanche de la maternité : les croyants chrétiens, catholiques et protestants célébrés la maternité le 4ème dimanche de Carême (dimanche « Laetare »).

Aux États-Unis, Anna Jarvis (1864-1948) fonda des « clubs pour les mères » afin de s’unir pour des causes pacifistes. Elle s’inspira du travail de Julia Ward Howe, fondatrice de l’union des mères pour la paix en 1870.

Toujours aux États-Unis, la fête des mères devient une fête nationale officielle en 1914.

Dans les autres pays, il faut attendre la 1er  et 2nd Guerre mondiale pour mettre à l’honneur les parents ayant perdu des enfants au cours de ces événements désastreux.

En France, la fête des mères a fait son entrée en 1906 à Artas, un village d’Isère. Il était question de célébrer les mères de familles nombreuses et donc de leur mérite maternel. En 1918, la ville de Lyon suit le même chemin en rendant hommage aux mères ayant perdu leur fils durant la Guerre.

En 1929, la journée des mères devient officielle. Elle reste célébrée le dernier dimanche du mois de mai.

Au fil des ans, elle est devenue commerciale, en disant cela, je ne vous apprends rien.

Évolution des schémas familiaux

Différents d’il y a quelques années, la cellule familiale a vraiment changé. Au-delà de la perte d’un parent, les enfants de nos jours vivent des situations très délicates, plus qu’autrefois.

Parents divorcés, mère et père célibataire, famille recomposée, sans parler des couples homosexuels, des orphelins d’un ou des deux parents. Quand est-il de l’enfant ? Cet enfant pour qui il est déjà très difficile de vivre en privé des difficulté d’ordre familial. Alors devoir gérer ses mêmes frustrations à l’école pour un parent absent ou mort c’est encore plus poignant. Donc y-a-t-il vraiment un intérêt a faire du mal à un certain nombre d’élèves quand on sait que cette fête se doit d’être un moment agréable et non le contraire.

Les alternatives à la fête des mères à l’école

Aucune loi n’indique aucune directive quant à la fête des mères dans les écoles (propos rapportés en 2014 par l’ancienne ministre de l’éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem. C’est pourquoi, certaines voix se sont levées coté établissements scolaires, enseignants et parents, pour trouver des alternatives à cette fameuse fête qui a fait son introduction à l’école.

Aussi, on retrouve parmi les alternatives à la fête des mères :

  • « La fête des gens que l’on aime » (grands-parents, parent, ami),
  • de « la fête des parents », qui consiste à regrouper la fête des mères et des pères en une seule,
  • Faire un cadeau pour une personne que l’on aime beaucoup,
  • Ne rien faire. C’est le parti pris par des professeurs conscients de ces difficultés sociétales contemporaines.

Fête des mères à l’école : de bonnes raisons pour la supprimer

Même si cette suppression ne fait pas l’unanimité, je suis convaincue qu’épargner ne serai-ce qu’un enfant d’une lourde tristesse, ce sera déjà un pas vers un traitement plus humain et égalitaire. Car non seulement ces enfants sont privés d’un équilibre familial et en plus de cela, la société leur rajoute une couche supplémentaire à leur souffrance, avec ces fêtes non-indispensables.

Probablement, que cette suppression serait vu d’un mauvais œil par beaucoup de familles. Mais pensent-elles un instant à ces enfants en souffrance ? Ou est-ce leur égoïsme qui les pousse à un tel manque de compassion ?

Mais pour quelles raisons stopper la fête des mères à l’école ?

Tout simplement parce que :

  • Un grand nombre de parents est divorcé. Ce qui suppose des modes de gardes électriques, tendus sans parler d’une communication parfois impossible,
  • Aujourd’hui l’homosexualité s’affiche pleinement. Il s’agit d’une pratique condamnée religieusement et nous en demandons la protection auprès de celui qui guide les âmes. Mais les enfants de ces couples doivent-ils essuyer les brimades des autres ? Aussi, n’est-ce pas là aussi l’occasion de susciter chez les jeunes enfants l’attirance du même sexe ?
  • Il s’agit plus d’une fête commerciale qu’à autre chose. Même le journal du 13h ne manque pas d’en faire la promotion.
  • Il faut aussi penser aux enfants placé en famille d’accueil ? Le cadeau fabriqué à l’école sera finalement destiné à qui ? Comment ça se passe dans ces cas là ?
  • Il y a parmi nous des orphelins, ce qui reviendrait à l’exclusion total de ces enfants.
  • D’autres enfants ont des parents en prison. Comment faire pour gérer ces relations complexes et imposer la fabrication d’un cadeau à une personne presque inconnu aux yeux de l’enfant.
  • Ça remue trop de tristesse et de détresse, comme avec l’anecdote de cet enfant de maternelle qui avait déchiré le cœur de sa mère en voyant qu’il avait fabriqué un cadeau pour la fête des pères, qu’il a pris soin de remettre à son oncle, car le sien était mort.
  • Il faut éviter de nourrir des émotions négatives et destructrices qui peuvent être néfastes pour le bon développement de l’enfant. Comprenons que l’absence, le rejet, la perte d’un parent peuvent conduire certains enfants à avoir des réactions imprévisibles et violentes. Je me souviens du témoignage de cette instit qui disait avoir entendu des propos durs comme « Non, moi je ne veux pas faire de cadeau à ma mère ou mon père ! » « Il n’est pas gentil avec moi ! Je ne l’aime pas ! »
  • Enfin, ces fêtes n’existent pas en islam : la place de la mère mérite plus qu’un jour de fête. Ce ne sont pas les occasions qui manque pour montrer sa gratitude et sa bonté envers la personne qui nous à transmis la vie. Il faut comprendre que si une telle fête n’existe pas dans notre calendrier de recommandations, c’est qu’il y a une sagesse et un bien pour nous et nos enfants.

Souhaiter la fête des mères en privé

Enfin, pour faire simple, la fête des mères est une affaire privée.

Maintenant, j’espère que Dieu entendra la souffrance que cette fête suscite dans le cœur d’enfants fragiles et qu’elle finira par disparaître des écoles grâce aux initiatives d’équipes pédagogiques conscientes des réalités délicates que vivent un grand nombre d’élèves.

Par conséquent, l’objectif de ma prise de position est avant tout de sensibiliser les parents qui ignorent tout de cette souffrance silencieuse. La meilleure chose à faire serait d’alerter les professeurs, qui ont dans leur classe un ou des enfants qui sont éprouvés émotionnellement et dont vous avez la connaissance. par conséquent, ne soyons pas complice du mal-être de l’enfant.

Par contre je tiens à terminer là-dessus, je NE SUIS PAS CONTRE la fête des mères ! Dès lors où elle se passe EN DEHORS DE L’ECOLE !! 

Bien sûr, chacun est libre de la célébrer en privé à sa façon et quand il veut…Mieux, je vous encourage à être généreux avec vos mamans…Ainsi, vous serez le meilleur des exemples pour vos enfants. 

Et vous quel est votre point de vue ?

POUR ou CONTRE…j’attends vos commentaires !!!

N’oubliez pas de partager autour de vous !!

Recevez des conseils PRATIQUES et SUPER AIDANTS
Pour éduquer SANS CULPABILISER !
et je reçois mes cadeaux de bienvenue 🙂

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*